Portraits de Puysaye - La Couleur des mots

Dernier ajout : 13 septembre.

  Ce projet est né en septembre 2017, d’une conversation entre Jean-Damien Terreaux, directeur du Centre social et culturel de Puisaye-Forterre, et Marie-Pierre Vagne-Laboulandine, plasticienne. Je les remercie de m’avoir proposé d’entrer avec eux dans cette aventure.
  J’ai épousé cette cause, rendre compte d’un pays par l’expérience et le travail de ses habitants, restituer un paysage par l’existence de ceux qui l’ont construit et le construisent, comme l’occasion de poursuivre mes recherches d’une poésie d’allure narrative, la plus simple et dépouillée possible, d’égal à égal avec le lecteur - et en ceci il y a, je crois, une parenté avec la manière de Marie-Pierre qui fait, de toutes ces personnes, des portraits en pied comme il est d’usage avec les rois et les ambassadeurs.
  J’imaginais des portraits à la fois personnels et impersonnels.
  Nous avons rencontré dix habitants ou groupe d’habitants de Saint-Amand et des communes alentour - Arquian, Bouhy, etc. Les entretiens, auxquels Marie-Pierre Vagne-Laboulandine a grandement contribué par son ancrage familial, par sa familiarité avec les gens et les lieux, ont été enregistrés. Le son de la voix, les rythmes particuliers, les motifs mélodiques et rythmiques qui s’y trouvaient ont donné une forme caractéristique à chaque poème. Et le texte a pris forme autour des événements de vie, chacun d’entre eux pris dans une ou plusieurs strophes, ces événements liés par des refrains, des échos, des leit-motiv comme sont, dans la conversation et le remémoration, les répétitions, les variantes, voire les ressassements - dans une forme propre à chaque personne, à chaque relation.
  Je voulais surtout entendre la vie professionnelle, car c’est le travail qui entretient et transforme le paysage, forme les sociétés, crée l’histoire. De sorte que ces poèmes sont le portrait d’une personne ou d’un groupe de personnes mais qui pourraient être ceux de tout chauffeur routier, de tout éleveur de Charolais, de toute potière, de tout archéologue, amateur ou professionnel, etc. Les portraits qui en résultent sont, de ce point de vue, impersonnels.
  Ces dix portraits d’Anciens ont été complétés par dix autoportraits de collégiens d’une classe de 4e du Collège Arsène-Fié de Saint-Amand-en-Puisaye.

  Ce projet a été mis en œuvre par le Centre Social et Culturel de Puisaye-Forterre, sous la direction de Jean-Damien Terreaux,
  - dans le cadre du Contrat Local d’Éducation Artistique, en partenariat avec
    la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne-Franche-Comté,
    la Région Académique Bourgogne-Franche-Comté,
    la Communauté de communes de Puisaye-Forterre,
    les départements de L’Yonne et de la Nièvre,
    la Mairie de Saint-Amand-en-Puisaye,
  - et dans le cadre de l’appel à projet Développement Social Rural, en partenariat avec la Mutualité Sociale Agricole Bourgogne-Franche-Comté,
  - et du Contrat Local d’Accompagnement Scolaire, en partenariat avec la Caisse d’Allocations Familiales.

  L’ensemble a donné lieu à une exposition et à un catalogue ; celui-ci reprend les images et les textes.

  Sur ce site, trois des dix portraits d’Anciens :
  Francisco L.
  Dédé & Dédette L.
  Germaine C.